On se fait des cheveux!

On se fait des cheveux!

On n’est pas que des Mamans #PQDM

J’ai testé le SPA FURTERER

Ode à la Joie! Oh toi post-partum de mon coeur, tu m’as retiré ce double shot d’hormones qui avaient donné vigueur et vitalité à ma chevelure racée!

Une césarienne plus tard, tu t’en allas, laissant un champs de bataille derrière toi...Cheveux cassants, ongles mous, cuir chevelu luisant, me voilà dans de belles couches et de beaux draps!

Après plusieurs mois de jachère, à me laver les cheveux avec de la terre (non je rigole mouhahaha, çà rimait ^^), je suis passée par tous les statuts capillaires, ou plutôt toutes les attitudes d’une fin de relation : mes cheveux furent si longs, si beaux, si brillants! Et voilà qu’ils me quittaient peu à peu : fins, cassants, filant, voir même par endroits CLAIRSEMES...

Haaaaaaaaaaaaaaaaaa!!!!!!!!!

Et en plus dans ces moments de féminité égale à zéro, le mieux du mieux ceux sont bien entendu les #GENS du latin #bandedestupides (mon latin à moi ;)).

Les #GENS (vous verrez au fil des articles j’ai mon propre lexique ;)) c’est cette peuplade qui a toujours le mot de m***** pour PAS te remonter le moral :

Tas fait quoi à tes cheveux, ils sont super fins” traduction : ma pauvre tu deviens chauve.

Tu devrais te lâcher les cheveux plus souvent mais en les coiffant différemment” traduction : même l’as de pic sa crinière inexistante est mieux que la tienne.

OUAIS BEN vous savez quoi? Je ne me suis pas laissé faire! Je me suis fait un cocktail façon top Gun sans Tom Cruise de Forcapil avec des tutos Youtube de coiffage et de tressage parce que paraît-il la tresse fait pousser les cheveux !

Ha oui j’oubliais il faut le faire un soir de pleine lune gniiiiiiiiiiii....

DONC Liza et ses cheveux (oui oui désormais ces derniers sont une seule et même personne en considération de leurs rébellion T_T’), s’en allaient en guerre contre l’absence de masse capillaire!

Je dois bien vous l’avouer, je n’ai jamais été très disciplinée, et j’ai souvent noué mes cheveux à l’arrache par des élastiques trop serrés sans même les coiffer...et je n’ai pas non plus de “rituels beautés” à base de masques l’Oréal; tambouille maison façon “natural living” ou encore démêlant et bonnet de nuit en dormant sur le même côté enturbannée de bigoudis (c’est has been le bigoudi non? ^^).

Moi, j’ai la collectionite aiguë de produits hors de prix (ce qui ravie mon mari ^^) tous bien exposés dans la “gallerie-du-bordel-make-up-de-Liza”, dans ma salle de bain de trois mètres carrés :D

Dans tout çà c’est pas la peine que je vous parle de ma mère, -que vous avez pu commencer à découvrir au fil de certains articles-, et ses conseils-reproches avisés toujours savamment précédés ou suivis d’un “je te l’avais dit”, “tu ne retrouveras plus tes cheveux d’avant” ou encore “coupe les pour leurs redonner de la force”...

BREF.

Alors bon, si déjà tu pars de là AVANT, imagine APRES des jumeaux :)

Mais comme je suis une Maman sur-motivée qui ne veut pas se laisser ALLER et n’être qu’une maman et plus une femme, j’ai testé le SPA du cheveux FURTERER à Paris.

Je vous entends sans vous voir ;) :

Encore un truc de parisienne tu parles c’est super cher”.

Et bien NON d’abord je vous signale que les produits FURTERER on les trouve tous en para-pharmacie et qu’ils sont accessibles, même si c’est vrai un bon shampoing est autour de 9€; mais un vous en avez pour votre argent, deux, vos cheveux seront bien plus heureux!

Et au final, croyez moi, faites le calcul, rapporté à votre budget mensuel ce n’est pas énorme!

En avant donc place de la Madeleine, downtown Paris (quel joli coin par ailleurs ;)).

J’ai rendez vous à 12h30, parce qu’après je rejoins une cops pour aller faire du shopping ^^

Je pénètre donc la porte majestueuse de l’Institut, dont l’allée est bordée de plantes, ce qui n’est pas sans rappeler le coeur du produit de la marque, la plante.

L’intérieur a tout du SPA, ménage impeccable (et oui, je regarde même çà), accueil protocolaire mais sympathique (vous savez lorsque les employés sont toutes des femmes habillées pareil et qu’elles parlent toutes avec le même filet de voix au diapason étudié “Bonjour Madame” “Madame Bonjour” “On s’occupe de vous” “Désirez vous vous désaltérer”? On se croirait presque dans le cinquième élément à Floston Paradise…).

La dessus, je sais que certaines d'entre vous n’aiment pas ce type d’univers, qu’elles pensent que c’est “too much”, je pense qu’il faut simplement vous laisser aller, et profiter. Je vous dis çà parce que moi aussi parfois j’ai du mal, et puis je suis toujours en train de penser au goûter, au bain, à mes dossiers du lundi.

Et bien maintenant de plus en plus, j’essaie de penser RELAX & DETENTE.

Je commence donc à me détendre dans la salle d’attente aux formes arrondies rassurantes et au couleurs chaudes ponctuées de notes vert sapin ou ambrés, et mon regard se porte sur les produits de la marque savamment présentés dans une alcôve inscrite dans la rondeur de la pièce et parfaitement fournie par ailleurs.

L’odeur d’ensemble est agréable, sur fond d’huile essentielles non agressives bien que limites soporifiques.

Très vite Julie, la personne qui va s’occuper de moi pendant cette journée vient me chercher.

Elle m’entraîne dans une petite pièce façon cabinet pour me faire le “diagnostic”, la première étape nécessaire au soin du jour, qui comprendra une séance de pure détente avec coiffage et massage crânien, puis une séance de coiffure à proprement dite.

La séance de diagnostic est non seulement indispensable pour vous, histoire de vous faire une idée visuel et expliquée de l’état de votre cuir chevelu et de votre cheveux, mais également pour la suite des soins : à la fin du diagnostic vous aurez une fiche détaillée avec des prescriptions sur trois mois des produits à utiliser et, super important (çà n’est pas le cas dans tous les SPA), comment, combien de fois et combien de temps les utiliser.

L’interrogatoire peut donc commencer :

Pourquoi venir chez nous ce jour

Parce que j’ai perdu et je perds beaucoup mes cheveux suite à ma grossesse, et que je les trouve sans vie, gras et compliqués à coiffer

Combien fois vous lavez vous les cheveux par semaine?

Tous les jours

Quels sont les produits que vous utilisez?

Tout et n’importe quoi, du Mustella en passant par le gel douche Tahiti Douche Coco (il sent bon hein ?) et les produits Léonor Greil à 50€ la bouteille et parfois rien du tout juste un jaune d’oeuf et du vinaigre pour faire briller” (oui oui je sais ce que vous pensez, Maîté sort de ce corps :)).

La question suivante est pour le moins cocasse :

Etes-vous stressée, fatiguée ?”.

Je la regarde une minute (c’est long une minute), je me retourne (c’est long de se retourner) et je lui dit “Moi NONNNNNNNNNNNNNN”.

Et là je hoche la tête avec un air satisfait en me disant que je suis une warrior jusqu’à ce que la fille me lâche : “Parce que moi sérieusement à votre place entre le boulot et les enfants, surtout des jumeaux, et à Paris en plus je sais pas comment vous faites”.

Là, je regarde d’un autre côté de la pièce comme s’il y avait une caméra et que je pouvais vous voir (une chaîne Youtube ;)?) et je fais la tête qu’on a toutes faites quand les #GENS (vous vous en souvenez du concept hein?) vous regardent comme si vous étiez un animal de foire, mais l’animal qui est proprio de sa propre foire hein.

En prime j’ai même eu droit à ce hochement de tête compatissant, vous le visualisez hein vous le visualisez?

On finit donc en beauté (je vous épargne les questions des maladies éventuelles ou des médocs en comptant la pilule) avec le CAPILLOSCOPE (non on pas Kaléidoscope, j’ai fait la blague elle m’a regardé genre “OKKKKKK ON EST A PARIS ICI” haha HA).

Et là, d’abord elle me regarde le cuir chevelu, puis elle me prélève plusieurs cheveux à différents endroits, en gros en haut, en bas et au milieu du crâne ;) , elle les étale sur une petite planche de verre façon étude au microscope quand t’étais en cinquième en SVT (c’était cool çà hein?) et zoupla badaboum texte bien appris revue d’étude à l’appui, Julie dégaine son diagnostic : cuir chevelu GRAS qui ATROPHIE le FOLLICULE PILEUX (que de mots savants mouhaha) avec une petite phase TELOGENE quand même, en gros oui mes cheveux poussent, mais à peine ils ont poussé ils sont assommés KO et tombent.

BON. Prends toi çà…

Ha mais c’est pas fini : les pointes sont sèches, Julie elle a jamais vu çà. Par contre Julie après ces bad news elle sait y faire, elle sort l’artillerie lourde du cocktail réparation traitement de chez FURTERER : en gros quinze produits, des ampoules, des crèmes deux shampoings un masque un spray et des huiles essentiels.

Limite elle même elle s’est sentie sur motivée par mon cas (je parle beaucoup et à ce qui parait suis sympa :)) et elle a envie que ça MARCHE alors hop là hop là hop : elle m’explique les combinaisons à base de deux fois par semaine dix minutes puis dix après brossage par un sanglier le soir et le matin en massage par noisette en passant par la tempe sans sèche cheveux.

OK.

Mais Julie est bonne (non non arrêtez!), trop bonne même : elle a tout noté sur un jolie PAPIER (ouf parce que sinon je crois qu’une nouvelle fois j’aurais été atteinte d’arrachite aigue et qu’en gros j’aurai fait le truc un mois, enfin une semaine, enfin deux jours, enfin une fois … ;)).

Avec Julie, on a fini. Mais elle ne me quitte pas, on monte l’escalier (je passe sur la C**** qui a eu la bonne idée de vaporiser un spray au moment de mon passage j’ai cru que j’étais aveugle et après j’avais un goût de forêt pendant trois quart d’heures dans la bouche, en gros je suis devenu un shampoing FURTERER) et je me retrouve dans une autre cabine, à l’ambiance tamisé cette fois, avec une musique d’ambiance façon retraite au Népal et jeûne à 1500€ (vous l’avez vu aussi hein le reportage, jamais on paie autant pour rien manger, on est d’accord;)).

Julie (encore elle) me demande de lui donner toutes mes affaires, qu’elle range dans des gestes de ballerine, avant de m’installer dans un fauteuil hyper relaxant, du genre de ceux qui épouse la forme du corps quelque soit le corps, en gros comme une main de géant (mais propre, manucurée et hydratée), qui te prend pendant une heure et demi et fait en sorte que tu te sentes comme dans du coton pendant que Julie s’affaire sur ce qui l’intéresse le plus : ta tête.

Julie est douce et discrète, plus forte qu’un Ninja, même pas tu la vois. Elle commence par te brosser les cheveux avec deux brosses (le truc que tu feras jamais chez toi), puis elle fait en sorte que tu pénètres la quatrième dimension : elle te masse le crâne pendant vingt minutes savoureusement longues pour réactiver la micro circulation des tes follicules pileux (encore ce blabla de Bac S), en gros çà fait du bien et la détente est assurée.

Après cela vient l’application des produits qu’elle m’a prescrit, on commence par les Huiles essentielles du Complexe 5,  raie par raie, qui non seulement sent super bon (lavande + orange) mais en plus vient stimuler votre cuir chevelu, honnêtement un moment de pur bonheur.

 

Une fois ce stimulant appliqué, elle m’explique puis m’applique également raie par raie une ampoule du traitement que je vais devoir suivre pendant un certain temps je pense, Triphasic, là clairement un TRAITEMENT pour endiguer la chute et permettre une repousse sereine et plus vigoureuse.

 

Une fois ces deux produits appliqués, Julie me laisse sous un bain de vapeur et ne reviendra qu’une bonne dizaine de minutes plus tard, ayant bien pris soin entre temps de me demander si je souhaitais boire quelque chose, ce qu’elle m’apporta dans un verre magnifique je prendrais bien pour chez moi (et oui la Liza remarque tout et vous raconte tout, sinon à quoi çà sert de blogguer ?;)).

Une fois de retour c’est le temps de la valse des shampoings; dans la mesure où je me lave les cheveux tous les jours, je dois alterner deux shampoing, Curbica, deux fois par semaine, puis Forticea pour un usage plus fréquent.

Elle me conseille à chaque fois deux lavages (j’ai les cheveux mi-longs) en laissant le second lavage posé deux à trois minutes.

Elle me pose enfin un masque pour réparer mes pointes ultra abîmées et le laisse poser une vingtaine de minutes avant d’émulsionner l’application avec un peu d’eau.

Je dis un peu mais le rinçage est super important, je note qu’elle prend bien son temps et ne s’arrête qu’une fois le cheveux PARFAITEMENT rincé, ce que j’ai du à plusieurs reprises je pense oublier de faire ou bien faire à l’arrache tout simplement étant donné mon emploi du temps et ma flémingite aigue.

En toute fin Julie rincera mais appliquera en amont un vinaigre de rinçage qu’elle dit m’appliquer pour plus de brillance, ce qui a marché!

Dernière étape mais non des moindres, le COIFFAGE : je passe entre les mains expertes d’une petite blonde ultra énergique qui, ultra motivée me coiffe en deux temps trois mouvements d’un brushing éclatant, m’indiquant qu’en suivant parfaitement le traitement les résultats sont spectaculaires!

Je la remercie, remercie Julie et repart dans un mouvement aérien les cheveux légers comme l’air dans une brise fruitée, et, surmotivée, je m’engage dans les trois mois qui vont redonner vie je l’espère à ma toison ébène qui me manque tant!

Je vous recommande donc vivement ce SPA si vous êtes parisienne, j’ai payé 143€ pour deux heures de soins intensifs, suis repartie avec des conseils pointus et personnalisés, une ordonnance avec des produits accessibles et un accueil souriant

Si vous n’êtes pas à Paris, je recommande les produits que j’ai commencé à utiliser et les résultats sont déjà visibles sur mes cheveux!

Rendez vous dans trois mois pour les résultats et n’hésitez pas si vous avez des questions!

XO Liza

 

 

Info pratiques :

 

Rituel de soins René Furterer, deux heures, à partir de 145 €

Plus d’infos au 01 42 65 30 60